Hélène Iglesias
Ingénieur projet junior

Entretien réalisé par Très sûre à l'occasion de la récente incorporation d'Helena à ebroker et de sa participation active à des projets stratégiques. Sortie en juillet 2021.


ebroker est l'une des principales sociétés technologiques du secteur espagnol de l'assurance. Au cours de ses plus de vingt et un ans d'expérience, ebroker s'est toujours montrée comme une entreprise qui a fait de l'innovation l'une de ses principales caractéristiques.

A sa dynamique permanente d'innovation produit, ebroker a désormais ajouté une formule originale d'innovation organisationnelle visant à améliorer la gestion des processus de développement logiciel.

Il aurait été une pratique courante et habituelle de demander un service de conseil à cette fin, cependant, ebroker a décidé de transformer son besoin en une question de nature académique et en motif et objet d'un projet de maîtrise final par un jeune ingénieur.

Tout un engagement envers ce jeune talent si nécessaire et essentiel pour l'avenir du secteur espagnol de l'assurance.

Sans aucun doute, une initiative qui mérite d'être racontée, mais qui de mieux pour la raconter qu'Helena elle-même.

Helena, 25 ans, ingénieure en technologies industrielles, master en ingénierie industrielle. Que fait une jeune femme comme vous dans un secteur comme celui-ci ?

J'ai terminé mon diplôme d'ingénieur en technologie industrielle de la Université d'Oviedo, et juste à la fin de cette année 2019, j'ai commencé le Master en Génie Industriel à la Université Carlos III de Madrid avec l'idée principale de passer quelques années dans la capitale en occupant un poste dans un cabinet de conseil afin de se former et de finir par retourner dans les Asturies.

Ayant terminé mon dernier cours du Master à distance de chez moi à Pravia (Asturies), en raison de Covid-19, ma vision a changé et j'ai considéré que cela pouvait être une excellente opportunité de faire partie d'une entreprise comme celle-ci, technologique, de grand déjà voyagé jusqu'à la porte de ma maison.

Je ne débarque pas dans ce secteur par hasard, ma famille est fortement liée au secteur et bien que pour beaucoup de gens c'est un grand étranger, dans mon cas je connais le potentiel qu'il a et l'état dans lequel il est, en plein digital transformation et soulagement générationnel. Une belle opportunité pour les jeunes.

Il existe une tendance à considérer l'ingénierie comme une affaire d'hommes casqués entourés de machines industrielles. Va-t-on définitivement surmonter ce stéréotype ?

Totalement, malgré le fait qu'il y ait encore une majorité d'hommes dans ce type de diplôme universitaire, je peux dire que, dès la première personne, les femmes ingénieures font à chaque fois plus de bruit. Néanmoins, je voudrais souligner l'importance de parier sur l'égalité des chances dans tous les secteurs du travail, une équité des critères pour les travailleurs sans distinction de sexe et pourquoi pas, remercier toutes ces entreprises et toutes les femmes qui font un pas en avant et occupent et promeuvent l'image de la femme dans les postes à responsabilité.

D'un autre côté, le stéréotype que vous mentionnez est en train de changer, considérant les opportunités de carrière en ingénierie comme seuls les emplois dans "l'industrie lourde" sont révolus. Les ingénieurs industriels ont, en plus de connaissances dans de nombreux domaines tels que l'énergie, les structures, l'électronique, une grande capacité de gestion et de vision d'entreprise, et c'est quelque chose que les gens perçoivent et exigent de plus en plus sur le lieu de travail.

Le stéréotype est en train de changer : il est hors de question de considérer les opportunités de carrière en ingénierie comme uniquement des emplois « de l'industrie lourde »

L'exigence d'une expérience préalable est l'un des handicaps rencontrés par les jeunes lors de leur entrée dans le monde du travail. Comment avez-vous surmonté cette circonstance pour rejoindre l'équipe ebroker ?

Comme je l'ai dit précédemment, je suis à la dernière étape de ma formation académique, en attendant de présenter mon mémoire de fin d'études à l'Université Carlos III de Madrid. J'ai considéré comme une grande opportunité la possibilité d'effectuer ce travail à partir d'une entreprise, et qu'il était de valeur et applicable à leur quotidien. De cette manière, et en accord avec ebroker, la possibilité de développer un projet académique impliquant l'analyse et la conception d'une proposition pour améliorer certains de ses processus a été étudiée. Après confirmation par ebroker et validation par l'université, nous nous sommes mis au travail et j'ai intégré l'équipe d'ingénierie du projet.

Parlez-nous un peu de ce projet intéressant qui propose une passerelle originale entre le monde universitaire et le monde du travail. En quoi consiste? Peut-il représenter votre continuité au sein de l'équipe ebroker ?

À partir d'une vision de haut niveau, mon mémoire de maîtrise consiste en l'analyse et l'amélioration de l'un des processus réalisés dans ebroker, en particulier le développement de projets impliquant la construction de logiciels. Ce projet a impliqué l'application de nouvelles méthodologies de travail, la gestion des risques et la conception d'un plan de contrôle pour les différentes étapes du processus, c'est-à-dire un travail de conseil dans une perspective d'ingénierie.

Tout ce qui précède se traduit, sans entrer dans des détails techniques et pour le client, en un produit ebroker de meilleure qualité, ce qui augmentera sa convivialité et ses performances. Il permettra également d'accélérer la mise en œuvre des développements réalisés par l'entreprise, d'optimiser les ressources et de minimiser les risques d'échec dans les nouveaux projets.

Bien que la continuité dans l'entreprise ne dépende pas de moi, je serais très heureux de faire partie de la mise en œuvre et du démarrage final de ce travail qui a commencé dans le domaine académique et qui est destiné à se conclure comme une ressource pour la gestion d'entreprise.

Pensez-vous que le secteur de l'assurance est un bon endroit pour les jeunes de votre profil pour développer leur carrière professionnelle ? Le recommanderiez-vous à vos camarades de promotion ?

Je pense qu'il y a une grande méconnaissance du monde de l'assurance, la plupart des gens de mon âge le visualisent comme quelque chose de gris, sans vraiment connaître les opportunités qui existent dans ce secteur. Je pense que cela représente une bonne opportunité pour les personnes motivées par le défi de combiner des aspects purement techniques avec d'autres hautement orientés vers la gestion d'entreprise et ses résultats. Le secteur de l'assurance est en pleine mutation dans laquelle les nouvelles technologies appliquées à l'innovation représentent un belle opportunité d'emploi. Cela vaut la peine de parier dessus.

Helena, dans une clé personnelle. Pouvez-vous nous aider à mieux vous connaître ?

Helena est une perfectionniste de 24 ans, travailleuse et aussi, pourquoi pas, assez nerveuse et quelque peu impatiente.

J'aime voyager, le plus loin est le mieux et si possible toujours près d'une plage, même si je ne pense pas que ce soit quelque chose de nouveau chez les jeunes. De plus, je suis passionnée par la mer, la cuisine et la mode, dans cet ordre. Je suppose qu'en raison de l'influence de mon père, à l'âge de sept ans, je regardais déjà l'intégralité des courses de Formule 1 assis dans le fauteuil du bar devant un public assez différent du profil d'une fille, bien qu'à cette époque je rêvais de étant un scientifique, pas un ingénieur.

Télécharger l'interview complète