Higinio Iglesias, PDG d'ebroker : «Nuestro apoyo fue incondicional en 2005 y lo sigue siendo casi dos décadas después»

Je me souviens encore parfaitement lorsqu'en juillet 2005 à E2K nous avons signé avec Tirea adhésion au projet de normalisation sectorielle SIAC, et immédiatement après nous avons intégré cinquante courtiers et courtiers utilisateurs de notre plateforme ebroker dans leurs opérations. Près de deux décennies de travail et d'engagement de nombreuses personnes et entreprises de notre secteur dans le but que courtiers et assureurs aient un langage commun pour se comprendre efficacement dans leur quotidien.

Depuis 2014, le secteur a articulé autour de l'EIAC la norme voulue qui a permis d'avancer, non sans mal, dans ce langage commun dont les courtiers et les assureurs ont besoin pour communiquer et échanger des informations. L'EIAC en tant que norme est déjà une réalité et représente la réalisation d'un objectif et d'un défi sectoriel tant attendu et travaillé.

L'EIAC doit être un standard chaque jour plus standard et se débarrasser de certaines limitations et corsets qui faisaient inévitablement partie de son origine.

La norme est déjà une réalité et progresse, mais nous devons nous poser une question obligatoire. Cette norme suppose-t-elle un véritable levier de normalisation sectorielle ? Car évidemment une chose est d'avoir une norme, nous l'avons, et une autre chose est de déployer une action de normalisation qui matérialise sectoriellement ses vertus potentielles.

Atteindre des relations fluides et efficaces entre les courtiers et les assureurs ne dépend pas seulement d'avoir un seul langage ou une carte de données, cela dépend fondamentalement des processus et des règles métier qui s'articulent autour de celui-ci pour réaliser le déploiement réel et efficace de fonctionnalités qui offrent aux courtiers et aux assureurs la possibilité de simplifier les procédures de travail, d'améliorer la qualité des produits, de réduire les coûts et de faciliter l'amélioration continue des fonctionnalités de l'entreprise.

Et ce devrait être le défi sectoriel, de faire de l'EIAC une autorité de normalisation qui applique un wrapper de processus et de règles métier à la carte des données échangées. Et dans ce nouveau scénario, un projet comme HAUT, une infrastructure qui centralise le trafic de données en validant l'intégrité et les règles de la norme, tout en définissant des processus et en appliquant les règles métier qui en tant que telles sont intégrées aux opérations, c'est-à-dire qui développe l'action de normalisation à partir de la convention définie pour EIAC.

Et cela, à mon avis, doit être, et non un autre, le rôle et la fonction de la CIMA et de son autorité de gouvernance.

Le secteur est confronté à de nombreux défis en termes de transformation numérique pour les années à venir, des défis extrêmement attrayants et acceptables de différents points de vue, certains d'entre eux avec une forte composante d'opportunité commerciale stratégique. Cependant, nous devons être respectueux et conscients que l'EIAC-CIMA et le mouvement de normalisation qui s'articule autour d'elle, doivent être précisément cela, un mouvement de normalisation libre, ouvert et démocratique, le laissant entre les mains des entreprises spécialisées dans la technologie pour le secteur. l'apport de valeur ajoutée basé sur un marché pluriel, indépendant et en libre concurrence.

Il est possible que dans l'évolution de l'EIAC et de la CIMA, dans le cadre d'un même projet de normalisation sectorielle, les expériences et les réussites de l'industrie de l'assurance en termes de normalisation sur des marchés plus développés que le nôtre soient prises comme référence.

Depuis 1970, ACORD est un leader de l'industrie dans l'identification des moyens d'aider à apporter des améliorations tout au long de la chaîne de valeur de l'assurance. La mise en œuvre des normes ACORD a amélioré la qualité et le flux des données, augmentant l'efficacité et réalisant des milliards de dollars d'économies pour le secteur mondial de l'assurance. Basée à New York et à Londres, ACORD implique plus de 36.000 100 organisations participantes dans XNUMX pays, y compris des compagnies d'assurance et de réassurance, des agents et courtiers, des fournisseurs de logiciels, des organisations de services financiers et des associations sectorielles. ACORD est une bonne référence. Il ne faut pas le perdre de vue, certaines problématiques n'ont pas besoin d'être réinventées.

L'engagement d'E2K envers la normalisation reste inchangé. Notre soutien était inconditionnel en 2005 et continue de l'être près de deux décennies plus tard. Car plus que jamais, tous les acteurs de la filière doivent être alignés et engagés sur ce qui doit être un véritable défi du moment, et qui n'est autre que la standardisation des processus de transformation digitale. Il n'est pas possible de parler d'un processus de transformation numérique qui place le secteur espagnol de l'assurance à un niveau compétitif avec les marchés internationaux de référence sans une norme qui normalise et rend efficace la relation entre tous les acteurs sectoriels.

Nous sommes en route, continuons d'avancer.

Higinio Iglesias
PDG d'E2K et PDG d'ebroker


Article publié dans Communauté d'assurance le 12 de septembre de 2021.

Télécharger l'article complet